Mark, « not to climb »

 

Mark est, comme François, un alpiniste que les hauts sommets appellent.

Ils reviennent tous deux d’une expédition en Antarctique où ils ont grimpé le Vinson, à 4890 mètres. Son prochain challenge : l’Everest dans quelques mois.

A la question « quel est le plus loin où tu es allé », il ne me répond pas un grand sommet, mais la fois où il a décidé de ne pas grimper justement.

Il était parti pour atteindre les 7 000 mètres de l’Aconcagua.
Un petit souci avec son guide au milieu de parcours les oblige à s’arrêter.  Au moment où ils s’apprêtent à faire demi-tour, une autre expédition arrive. Il y a une place de libre dans la cordée, ça tombe bien !

Mark discute avec les deux guides. Mais plusieurs points ne le rassurent pas : un ratio grimpeurs/guide plus élevé que la moyenne, une fenêtre météo limite, des réflexes qui ne sont pas au rendez-vous. Il décide de ne pas y aller, de ne pas réaliser ce pourquoi il était venu.
Il reste néanmoins dormir au dernier campement avant le sommet. Le lendemain, la cordée n’est pas revenue. Sur les 12 personnes qui étaient parties, deux d’entre elles sont mortes.

Alors oui, le plus où l’on peut aller c’est peut-être de ne pas y aller.

 

 

16 janvier 2014, Torres del Paine, Patagonie, Chili