En passant par Vang Vien…

Vang Vien, c’est l’histoire du verre à moitié plein, à moitié vide. J’ai hésité avant de m’y arrêter. Comme c’est sur ma route, autant aller voir de quoi il en retourne…

Car Vang Vien c’est avant tout un paysage de reliefs karstiques comme je les aime. On ne compte plus le nombre de grottes, c’est à croire que ces petites montagnes sont ds véritables gruyères ! Le tout le long du Mékong qui me fascine toujours autant, so peaceful…

Vang Vien c’est aussi un rendez-vous de backpackers dans sa version peu glorieuse. Beaucoup viennent ici pour le tubing sur le Mékong : une chambre à air de tracteur fait office de bouée, c’est super pratique pour se laisser descendre sur le Mékong, au rythme des shots d’alcool proposés par les ‘bars’ le long de la descente, pour ne parler que de l’aspect légal de la chose. Il paraît que la zone a été ‘nettoyée’ suite à un grand nombre de morts, je n’ose imaginer comment cela était avant. Le soir, ceux qui ont encore de l’énergie (ce qui n’est pas donné à tout le monde) se retrouvent dans l’un des nombreux restos diffusant en boucle Friends et Les Simpsons pour aller avec leurs « happy menus » qui rendent plus stones que joyeux.

Alors pour profiter des paysages qui m’attirent plus que les rencontres culturelles, je pars me balader en scooter et en kayak. C’est indéniablement appréciable. Et apprécié. peaceful vang vien

 

J’y croiserai même des backpackers pas défoncés, comme quoi faut arrêter les clichés, hein.

happy backpackers

 

Je me retourne, et profite encore et encore du Mékong qui me fait signe de le suivre plus au Sud. Vers Vientiane.

Vang Vien