Uyuni à la ville. Couleurs, trains et chapeaux.

Petite incursion en Bolivie, qui rime avec passage à Uyuni.

Heureusement, aujourd’hui c’est jeudi, jour de marché. Ce qui confère de jolies couleurs à cette ville qui m’apparaît comme plutôt grise, il faut le reconnaître. Uyuni - marché

Le chapeau melon porté par la gent féminine bolivienne me fascine. Il paraîtrait, de source non vérifiée, qu’il s’agirait d’un coup d’un italien qui décida un jour d’importer ce type de couvre chefs. En effectuant sa commande, il précisa que les boliviens était de petite taille, ce point là au moins est vérifié. Les chapeaux arrivèrent donc en Bolivie, mais vraiment trop petits. Qu’à cela ne tienne, notre italien malin soutena mordicus que le chapeau se portait ainsi en Europe. Question de mode. On peut dire qu’il a réussi son coup puisque c’est effectivement très tendance en Bolivie.
Je ne sais si l’histoire est vraie, mais elle me plait.

A l’entrée d’Uyuni, pour annoncer la couleur, il y a un cimetière. Pas n’importe lequel. Un cimetière des trains, plus facile à trouver que celui des éléphants je ne sais plus où d’ailleurs. Uyuni - trains

« Bienvenidos à Dakar ». Non pas que la photo ait été prise au Sénégal. Mais tout simplement parce que le circuit automobile est passé cette année pour le première fois en Bolivie, notamment à Uyuni. Alberto qui habite à quelques kilomètres de là m’explique que c’est une des meilleures choses qui puissent arriver à Uyuni, contrairement à ce que certains ont pu dire : des routes sont en construction pour relier La Paz ou Potosi, eau électricité réseaux de communication sont en pleine amélioration. Alors oui « Bienvenidos Dakar » !

Et juste à la sortie d’Uyuni, si tant est que nous ne sommes pas encore dans la ville j’ai un doute, ce sont les amis lamas qui viennent nous saluer, comme un bel au revoir.Uyuni - lama