Rencontre improbable

Il est des rencontres qui ressemblent à une scène de cinéma. Celle-là aurait pu être en noir et blanc, avec Humphrey Bogart dans le rôle titre. Et moi dans l’autre rôle titre donc.

Imaginez. Long et lent travelling avant, au ras de l’eau. Nous arrivons au Cap Vert après une traversée longue et éprouvante. La ligne d’horizon n’est plus une ligne justement, c’est une masse sombre, puis une crête qui oscille entre l’ocre et le vert. Le vent nous apporte un parfum de terre, parfum subtil et enivrant à la fois, parfum qui nous dit que nous sommesenfin arrivés dans ce bout du monde qui semblait s’éloigner à mesure que nous avancions. Le soleil est déjà haut, il fait chaud, très chaud, quand nous jetons l’ancre dans la baie de Mindelo. Le travelling avant continue toujours,nous arrivons au ponton avec notre petit bateau à moteur, épuisés et le sourire aux lèvres.
Mes coéquipiers vont chacun de leur côté, je monte la rampe qui permet d’accéder au quai, et là, en haut de la passerelle, un homme tout de blanc vêtu, panama assorti et lunettes de soleil, me dit d’une voix grave « Bonjour Mademoiselle, parlez-vous français ? Bienvenue au Cap Vert ! ».
Je lève les yeux, et je vois… Roger !

Roger, celui là même qui m’a fait découvrir la régate il y a 3 ans après que nous ayons randonné en Islande (sans lien de cause à effet. Quoique). Roger, le tropézien. Roger, le jaugeur de l’AFYT, la célèbre Association Française des Yachts de Tradition. Roger l’incorruptible, malgré le grand nombre de skippers qui rêvent un jour de le soudoyer. Enfin, Roger, quoi.

Scène mythique, grandiose. A coté Jean-Paul Le Magnifique et Jacqueline-Tatiana peuvent aller se rhabiller.
A un détail près : j’avais dans les mains les poubelles odorantes de 9 jours de traversée. La très grande classe…
Mais comme on est au cinéma, je lâche mes sacs qui sont hors champs, je cours jusqu’à ce héros sorti de nulle part et je lui tombe littéralement dans les bras. On aurait pu entendre les violons. J’en ai encore les larmes aux yeux.

 

IMG_4063Roger était là, seul, en pleine aventure lui aussi. L’histoire est bien compliquée, digne d’une autre scène de cinéma, option James Bond cette fois-ci, à coup de stop non prévu, sa dulcinée ayant dû prendre un avion inopinément… Bref, je vous passe les détails, Roger cherchait un bateau qui accepterait de le déclarer comme nouvel arrivant, et il avait fait chou blanc auprès des skippers. Jusqu’à présent. C’est ainsi que nous partîmes à 3 (des Canaries) et arrivâmes à 4 (au Cap Vert).

Comme Roger faisait officiellement partie de notre équipage, c’est tout naturellement qu’il est venu diner à bord le soir même. Langoustes au menu bien sûr, ce n’est pas donné à tout le monde de passer la soirée avec Humphrey Bogart.

 

  • RF

    Ces petites rencontres nous rapellent qu’après tout, on habite une toute petite planète, et on est tous frères et soeurs. J’ai dévoré tes mots comme si j’étais à bord, voyageant de Canaries à Cabo Verde. Profite pour pratiqué ton portugais. T’en auras besoin. Bon voyage!

  • Lauren Bacall

    Tu t’embarques pour faire le tour d’un monde qui est très grand et parfois tout petit !

  • Valentin

    Super les chroniques! On voyage avec toi et c’est très agréable depuis le salon :)

  • Florence Lubineau Henric

    moi je lui trouve un air de Jack Nickolson à Roger ;-)