Première nav’

Petit à petit les choses se débloquent… Doucement… Au rythme espagnol…

Joël trouve qd même le temps de nous faire prendre tous les trois en photo, la 1ère nav’ ensemble, ça s’immortalise !

 

 

La nouvelle du jour : nous avons trouvé une place dans un autre port qui pourrait nous sortir le bateau de l’eau ! Demain matin ! Et il est déjà 16h. Qu’à cela ne tienne, nous rangeons tout en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, et nous appareillons comme des voleurs qui s’enfuiraient après un braquage.
Et nous voilà partis !

 

 

 

 

Silence. Emotion. Quel beau moment après deux journées étendues et tendues de sentir le bateau libéré, oui libre de bouger, flotter, jouer avec le vent…

heureuse

Je découvre des sensations nouvelles, celles de naviguer sur catamaran, un équilibre différent, le bruit tranquille de l’eau entre les deux étraves, la douceur de la navigation. De belles émotions m’envahissent, sans prévenir, au moment où je me poste et me pose à l’avant. Des pensées qui se bousculent dans un environnement ouaté, au rythme des vagues apaisantes.
Premier coucher de soleil qui en appelle surement beaucoup d’autres. Puis la nuit tombe, noire, elle magnifie la musique de l’eau sur les coques et les étoiles s’invitent à la fête : un son et lumière tout en discrétion et poésie marine.

Et c’est emmitouflée dans ma veste de quart, mon bonnet vissé sur la tête, que j’écris les premières lignes de ce blog, heureuse de vivre le moment présent.

 

IMG_3853

  • Paul Verlaine

    Je vois que tu as l’âme poète. Voici pour toi : Marine
    L’Océan sonore
    Palpite sous l’oeil
    De la lune en deuil
    Et palpite encore,

    Tandis qu’un éclair
    Brutal et sinistre
    Fend le ciel de bistre
    D’un long zigzag clair,

    Et que chaque lame,
    En bonds convulsifs,
    Le long des récifs
    Va, vient, luit et clame,

    Et qu’au firmament,
    Où l’ouragan erre,
    Rugit le tonnerre
    Formidablement.