Le Sud Lipez, un shoot bolivien

Cela serait comme une petite équipée de voyageurs au long cours, des brésiliens fous furieux, des canadiens qui en ont vu d’autres, des allemands pleins de vie, des hollandaises très discrètes, et… une française. On se demande bien qui est-ce, tiens.
Cela serait deux guides-conducteurs boliviens, les inénarrables Mario et Alberto.
Cela serait deux 4×4 pris dans la poussière du désert.
Cela serait un poste frontière aux allures abandonnées avec son vieux bus dont les couleurs pourraient rappeler le drapeau bolivien.
Cela 3 jours ensemble pour découvrir des paysages grandioses, plein de couleurs et d’infini.
Et… c’est parti !

Sud lipez- l'equipe

 

S’émerveiller des couleurs de la terre, des montagnes, des lagunes.
Passer de mirage en mirage, la terre est tellement brûlante. Malgré la saison des pluies qui a eu la bonne idée de faire un break ces quelques jours.

Sud lipez-  paysages

 

Etre hypnotisée par les flamants roses, encore et encore. Sourire en les voyant faire des pas de coté pour lutter contre le vent, entendre leur rire narquois entre deux rafales, saluer leur vol majestueux. Sud lipez- flamengos

Sentir son corps avoir du mal à s’habituer aux 4 500 m d’altitude de l’altiplano, avoir son cœur qui bat à tout rompre, chercher l’air pour respirer, supplier que le mal de tête s’arrête enfin, être aussi un peu dans les vap’… Mâcher des feuilles de coca pour que ça passe.
Se dire que les geysers sont des machines à fabriquer des nuages.
Repérer dans cette zone désertique la vie malgré tout, le grand mais aussi l’infiniment petit.
Vibrer.

Sud lipez- vie malgre tout

Un shoot de quelques jours dans le Sud Lipez donc.