Kahaia et Moana, « descendre en Europe »

Kahaia et Moana

Qu’ils sont beaux ces deux amoureux ! Heremoana, que tout le monde appelle Moana, ce qui veut dire Océan, et Kahaia du nom d’une fleur éponyme des Tuamotu, respirent la douceur de vivre.

Ils vivent en couple depuis 7 ans, chez les parents de l’un ou de l’autre. Ils avaient 18 et 16 ans quand il se sont rencontrés, ils étaient amoureux : « tu sais l’amour c’est tellement beau que tu ne peux te séparer de l’autre, alors tu demandes à tes parents si l’autre peut venir habiter à la maison ».
Ah bien oui, tout simplement.

La précarité de l’emploi ne leur permet pas de voler de leurs propres ailes. Ils rêvent de CDI pour s’acheter une voiture (comptez le double par rapport aux prix en métropole), louer un appartement (les prix de Papeete n’ont rien à envier à ceux de Paris) et à terme pouvoir se faire construire une maison.
Pour l’instant, ils enchaînent les CDD. Il est magasinier. Elle est hôtesse au sol pour Air Tahiti, ce qui lui permet de bénéficier de billets à prix défiants toute concurrence. C’est ainsi qu’ils s’offrent quelques jours de rêve à Fakarava où nous passons ensemble de doux dîners.

Quand ils parlent de voyages, ce sont les îles polynésiennes et les Etats Unis qui reviennent souvent. Comme la plupart des polynésiens, ils se rendent dans les malls américains pour des virées shopping . Cela se comprend lorsqu’on voit le choix et les prix polynésiens. C’est ainsi que nos deux tourtereaux sont allés écumer Las Vegas, Los Angeles, San Francisco, San Diego, rien que ça !

Evidemment, je leur demande si c’est l’Amérique est le plus loin où ils sont allés. Que nenni ! Ils ont tous les deux eu l’occasion de venir une fois en Europe :
Moana est venu pour les JMJ en Allemagne, il en a profité pour visiter la Suisse et le château de Sisi en Autriche. Le tout en bus depuis Paris. Ce qui l’a le plus impressionné ? La messe, avec presque un million et demi de personnes rassemblées au même endroit, il n’avait jamais vu autant de monde ! Quant à Kahaia, elle est venu en France pour une tournée de danse : Brest, Toulon. Et également un stop à Paris. Ce qu’elle retient : la Tour Eiffel pour Paris et le Mistral glacé dans le Sud Est.
Et moi ce que je retiens, c‘est son expression : « nous sommes descendus en France ». Tout est une question de point de vue. Qui a la tête en bas, qui est en haut ?

 

 16 février, Fakarava, Polynésie Française