Inle Lake, le paisible

Certes le lac Inle n’est pas le seul lac habité ainsi en Asie.  Certains diront sûrement que cela leur rappelle tel ou tel pays. L’heure n’est pas aux comparaisons mais à cet instant magique de vie sur le lac.

Jardins cultivés, maisons sur pilotis, pêcheurs, marchés flottants, innombrables bateaux au moteur qui s’entend à dix lieues à la ronde… le lac semble à la fois paisible et  tout le temps en activité.

Decouvrir Inle

Ce lac incite à profiter de la douceur de vivre. D’autant plus quand on sort les guitares et que la bande d’amis de l’INSEAD enchaîne les chansons avec des Birmans croisés dans un restaurant. Le rythme est vraiment tranquille. Et cela fait du bien.

Cool life qui coule doux

 

Je prends donc le temps. De me poser au bord des eaux qui reflètent une lumière si spéciale. D’aller me promener en bateau. Plusieurs fois. Dont un matin avec un Birman qui m’emmène passer du temps avec des pêcheurs, loin des points d’attraction touristique. Une matinée magnifique, à découvrir les petits coins et recoins du lac, à admirer la manière de ramer avec une jambe, à me réjouir tous ensemble à chaque fois qu’un poisson est remonté dans un filet… Ils se moquent de mes onomatopées mais bon, la barrière de la langue est toujours là, alors on communique comme on peut. Toujours avec le sourire, c’est un peu le Birman Style.

tu as deja vu ca

A la peche

 

Autour du lac, des villages commencent à profiter du tourisme grandissant ou d’autres semblent s’être figés dans le temps. Deux petits moments que j’ai envie de partager ici.

Le premier est la noviciation d’un jeune garçon qui rentre au monastère pour y étudier, un grand honneur pour toute sa famille, dont sa tante très fière qui m’a invitée avec 3 amis rencontrés sur la route. Déjeuner à 6 heures du matin, méditation, tonte des cheveux, changements d’habits, re-méditation… Mon hôte me donne les textes pour pouvoir suivre. Bon, c’est en birman. Alors je reste là, à écouter, regarder et me laisser emporter à moitié endormie par le rythme des textes chantés.

noviciation

 

Le second moment est cette fois-ci le soir. Et il est toujours question de musique.
Mon vélo et moi nous perdons dans les rues de la petite ville de Nuyaung Shwe, on n’y voit goutte, tiens j’entends de la vie par là… Un groupe d’ambulanciers profitent du temps et de la nuit pour se taper un petit bœuf sur le trottoir. Auquel je suis invitée. Une jolie soirée. La dernière au Lac Inle.

tirez pas sur l'ambulanceAvec le son, cela donne cette petite vidéo.

 

Je quitte le lac Inle en ayant de magiques images en tête, réelles, si belles…
Surtout ne pas oublier cette beauté paisible.

Last ones