Evelyn, « visiter Paris… et apprécier les Français ! »

Evelyn - Singapour

Evelyn est ma voisine dans un restaurant de rue de Singapour. Elle est adorable, me fait goûter son plat (super épicé, bienvenue en Asie !) et me parle de Singapour. Car elle est singapourienne, elle aime sa ville, et ça se voit. Elle me raconte tous les changements des dernières décennies, ces vieilles maisons qui ont disparu, les nouveaux visages que l’on voit dans la rue…

Elle me parle aussi de ses deux petites-filles… qui ont bien de la chance d’avoir une telle grand-mère !
Elle est douce, dans sa voix, dans ses gestes, dans ses yeux.
Un moment de paix dans cette ville trépidante.

Le plus loin où elle est-allé ? A Paris ! Elle s’y est rendu plusieurs fois. Pour du tourisme ou pour son travail puisqu’elle est responsable de l’administration RH de Total Asie.
Ce qu’elle retient de son voyage ? L’insécurité à Paris. Il faut dire que Paname ne fait pas le poids comparé à Singapour, où fumer un joint est passible de la peine de mort (je ne me souviens plus du tarif d’un larcin, mais ça ne rigole pas plus).
Elle se souvient du froid qu’elle n’arrivait pas à supporter. Là encore, il faut savoir qu’à Singapour les températures les plus fraîches approximent avec les 30 degrés, forcément on ne joue pas dans la même cour.
Et pour finir… les Français. A ce moment là, je suis psychologiquement prête à entendre à quel point nous sommes râleurs, fermés, moroses. Et non ! « They are really nice friends. The more you know them, the better they are » (sic). Un cadeau comme celui-là méritait d’être partagé.