Alexis, « disputer un match de rugby en Argentine »

Alexis, ile de Pâques

Alexis est né sur l’Ile de Pâques. Tout de lui est Rapa Nui. Sa langue, sa culture, sa musique, et bien sûr son tatouage qu’il a lui même dessiné, un bouclier protégé par une des divinités Rapa Nui.
Alexis a le sourire accroché solidement, le sourire de celui qui est heureux de vivre là où l’emmènent les chemins qu’il n’arpente que pieds nus. L’idée même de chaussures, voire de tongs, lui enlèverait surement sa liberté.
Et c’est sur ces chemins, ou plutôt ses chemins, que nous nous baladons, en plein Tapati.

Pour assurer les études des enfants, ses parents ont emmené toute la famille à Santiago du Chili. C’est donc là qu’il habite maintenant, mais dès qu’il peut, il revient ici, sur l’Ile de Pâques. Notamment en ce moment, période de longue vacances scolaires, entre deux années de cours « d’éducation différentielle », car il veut devenir éducateur spécialisé pour handicapés je crois. Alexis a la vingtaine et une maturité impressionnante, il a les cartes en main pour la suite, c’est sûr.

Le plus loin où il est allé ? En Argentine. Pour un tournoi de rugby. Il a l’ovalie dans la peau, ce qui se conçoit bien quand on voit la carrure et l’âme guerrière des pascuans.
Mais son rêve, c’est de parcourir toutes les plus grandes avenues des capitales européennes. Les Champs Elysées sont en tête de liste. Alexis, you’re welcome in Paris!

 

 

Ile de Pâques, 2 février