Alain, « si je fais deux fois par an le tour du monde, je réponds quoi ? »

Alain

Alain est le dernier passager à monter dans l’avion qui relie Papeete à Auckland.
Il arrive justement là où je me suis installée. Petit moment de flottement car chacun aurait bien aimé avoir toute la rangée pour dormir.
Cela sera moitié-moitié, c’est le deal. Je prends le premier quart, lui le second. Et entre au passage de relais, ça papote, ça papote…

Alain est surfeur. Pas le surfeur du dimanche, non, surfeur c’est son métier. Prof de surf ? Non, non, surfeur. En compétition.
Jacky la tahitienne, une voisine de l’avion avec qui j’ai sympathisée, vient me demander discrètement si c’est bien LE Alain Riou ? Oui, oui. Oh la la, vous vous rendez compte Hélène, Alain Riou !
Faut dire qu’il est un peu la star ici. Champion de Polynésie, champion d’Europe… forcément. Et puis pas n’importe quel champion. Celui de Tahiti.  Bon d’accord, il est né à la Réunion et y a découvert le surf, mais c’est à Tahiti, où il est arrivé à 14 ans, que son coeur -ou sa planche- est attaché. « Le rêve pour un surfeur » dit-il.
Il y est resté, pourquoi quitter un rêve ? Il y habite toujours. Au même endroit, sur la presqu’île.

Si, pour ma part, je m’arrête à Auckland pour ouvrir une nouvelle page de mon tour du monde, lui continue jusqu’en Australie où une compétition l’attend sur la Gold Cost.
L’avion doit être surement son mode de transport favori vu qu’il parcourt tous les spots de surf du monde, tous ceux qui font tant rêver. Surfer, concourir, surfer, gagner, surfer…
Il calcule et me dit qu’il n’est pas plus de 3 mois par an chez lui. Quand il dit chez lui, c’est aussi chez ses parents, d’où il n’a jamais bougé. Pourquoi faire quand on est si peu là ?

Alors forcément, quand je lui demande le plus loin où il est allé, il est bien ennuyé.  « Si je fais deux fois par an le tour du monde, je réponds quoi ? ».
Il ne répondra pas, il ne reste que quelques heures pour prendre des forces avant nos aventures respectives, time to rest…

 

https://www.facebook.com/FAFandgo

 

22 février, vol Papeete-Auckland